mai 18, 2023 in Douleurs cervicales, Mal de dos, Philosophy, Philosophy, Ressources pour les patients, Style de vie

Le piège de la douleur: pourquoi votre douleur peut vous égarer dans vos décisions de santé

Le piège de la douleur : pourquoi votre douleur peut vous égarer dans vos décisions de santé

La douleur est souvent le dernier cri de détresse du corps. Comme la douleur aiguë d’une dent cariée ou la douleur sourde d’un cancer avancé, la douleur signale souvent un point de non-retour dans l’évolution de la maladie. Mais que se passe-t-il si la douleur nous trompe et nous pousse à la complaisance ?

Signes physiques indolores précédant la douleur

Avant l’apparition de la douleur, il y a souvent des signes révélateurs. Une asymétrie de la tonicité musculaire, une raideur matinale, une réduction de la flexibilité et une fatigue inexpliquée sont comme des voix chuchotantes qui précèdent le cri de la douleur. Ces symptômes subtils pourraient indiquer des problèmes de santé qui sont encore à un stade précoce et plus gérables.

Symptômes : les premiers à disparaître

Lorsque nous commençons un traitement, la douleur est souvent le premier symptôme à disparaître. Imaginez remplir un bocal à biscuits – le dernier biscuit à entrer dans le bocal est la douleur. Lorsque vous commencez votre traitement, le biscuit de douleur est souvent le premier que vous enlevez. Mais le bocal n’est pas encore vide. Les autres biscuits, représentant les problèmes sous-jacents, doivent encore être traités.

Pourquoi les gens arrêtent-ils le traitement prématurément ?

De nombreux patients interrompent leur traitement dès que la douleur diminue, pensant qu’ils sont guéris. D’autres arrêtent le traitement en raison de contraintes financières ou parce qu’ils sont trop occupés par le travail ou les obligations familiales. Certains mettent même leur santé de côté en raison d’une faible estime de soi, en privilégiant les soins de leurs animaux de compagnie, de leurs véhicules ou de leurs maisons par rapport à leur bien-être personnel.

Les conséquences de l’arrêt prématuré

Cependant, mettre fin au traitement prématurément peut avoir de graves conséquences. La maladie peut rechuter, progresser davantage ou même entraîner des complications. De plus, le fardeau financier des soins de santé peut augmenter considérablement si une maladie évolue vers un stade plus grave en raison d’un traitement incomplet.

Stratégies pour éviter le piège de la douleur

Alors, comment éviter ce « piège de la douleur » ? La clé est de comprendre que l’absence de douleur ne signifie pas nécessairement que la maladie a complètement disparu. Nous devons nous efforcer de terminer notre traitement et prêter attention à d’autres signes plus subtils de maladie.

Conclusion

En bref, ne retirez pas seulement le biscuit de douleur et n’assumez pas que le bocal est vide. Assurez-vous de « manger tous les biscuits » en traitant tous les problèmes de santé sous-jacents. En agissant ainsi, vous pouvez éviter le « piège de la douleur » et garantir une guérison plus complète et durable

Références

  1. Crombez, G., Eccleston, C., Van Damme, S., Vlaeyen, J.W., & Karoly, P. (2012). Fear-avoidance model of chronic pain: the next generation. The Clinical journal of pain, 28(6), 475–483. https://doi.org/10.1097/AJP.0b013e3182385392
  2. Van Middelkoop, M., Rubinstein, S. M., Verhagen, A. P., Ostelo, R. W., Koes, B. W., & Van Tulder, M. W. (2010). Exercise therapy for chronic nonspecific low-back pain. Best practice & research Clinical rheumatology, 24(2), 193–204. https://doi.org/10.1016/j.berh.2010.01.002
  3. Osterberg, L., & Blaschke, T. (2005). Adherence to medication. The New England journal of medicine, 353(5), 487–497. https://doi.org/10.1056/NEJMra050100
  4. Sabaté E. (2003). Adherence to long-term therapies: evidence for action. World Health Organization. https://www.who.int/chp/knowledge/publications/adherence_full_report.pdf
  5. Zullig, L. L., Bosworth, H. B., & Jeffreys, A. S. (2012). The role of patient activation in the management of chronic conditions. North Carolina medical journal, 73(5), 385–386. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4062023/
  6. Moseley, G.L., & Butler, D.S. (2015). Fifteen Years of Explaining Pain: The Past, Present, and Future. The Journal of Pain, 16(9), 807–813. https://doi.org/10.1016/j.jpain.2015.05.005
  7. Nahin, R.L. (2015). Estimates of Pain Prevalence and Severity in Adults: United States, 2012. The Journal of Pain, 16(8), 769-780. https://doi.org/10.1016/j.jpain.2015.05.002
  8. Llewelyn, M.J., Fitzpatrick, J.M., Darwin, E., Tonkin-Crine, S., Gorton, C., Paul, J., Peto, T.E.A., Yardley, L., Hopkins, S., & Walker, A.S. (2017). The antibiotic course has had its day. BMJ (Clinical research ed.), 358, j3418. https://doi.org/10.1136/bmj.j3418
  9. Cutler, R.L., Fernandez-Llimos, F., Frommer, M., Benrimoj, C., & Garcia-Cardenas, V. (2018). Economic impact of medication non-adherence by disease groups: a systematic review. BMJ Open, 8(1), e016982. https://doi.org/10.1136/bmjopen-2017-016982
  10. Barello, S., Graffigna, G., & Vegni, E. (2012). Patient engagement as an emerging challenge for healthcare services: mapping the literature. Nursing research and practice, 2012, 905934. https://doi.org/10.1155/2012/905934



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Clause de non-responsabilité

Les informations et le matériel présentés sur ce site web ont un but purement informatif et éducatif. Elles ne sont pas destinées à remplacer ou à servir de substitut à un diagnostic médical, à des conseils professionnels ou à la consultation d’un prestataire de soins de santé qualifié en ce qui concerne le diagnostic médical et le traitement. Tout contenu ou matériel, y compris les rapports de recherche, les études de cas et les témoignages, qui traite de l’expérience des patients en matière de soins est uniquement destiné à des fins éducatives et ne doit pas être interprété comme une garantie de bénéfice. Les résultats du traitement peuvent varier en fonction de divers facteurs, tels que l’âge du patient, la gravité de son état, l’étendue de sa blessure et la durée de son état.

By browsing this website, you agree to our privacy policy.
I Agree